samedi, 14 mars 2015 07:40

Le RSI a volé quelques trimestres cotisés de ce boulanger !

age de la retraite trimestres1

 

 

 

 

 

 

Voici l'histoire d'un entrepreneur vendéen, lisez bien, elle est édifiante et devrait faire rentrer dans leur coquille, rouges de honte, les directeurs des caisses de retraite " obligatoires " tout comme les hommes politiques qui ont encore l'affront et le mépris pour défendre un tel système.

Ce n'est pas une grosse entreprise, non, c'est une simple boulangerie, comme il en existe des dizaines de milliers sur le territoire de la république, de celles qui vous mettent sur la table un bon pain croustillant chaque matin. Et pour que ce pain parvienne sur notre table, il a fallu qu'un homme, un artisan-boulanger, se lève en pleine nuit et travaille dur. A cet homme, à ce travailleur de la nuit, nous devons le respect, car il représente à lui seul deux des valeurs les plus sacrées, le pain et le travail.

 

En 1984, cet homme achète la boulangerie Le Cellier, en Loire-Atlantique, afin d'y exercer son art. A l'époque déjà, même si les " cotisations " n'avaient pas atteint les pourcentages délirants d'aujourd'hui, ils représentaient une ponction scandaleuse dans le travail effectué sans compter ses heures. Mais en ce temps-là on ne savait pas, alors on payait en bronchant... En 1991, il entend parler du CDCA (Comité de Défense des Artisans et Commerçants), mouvement animé par le charismatique Christian Poucet. 

Celui que les partisans du monopole actuel de la Sécurité Sociale traitent aujourd'hui hautainement de " poujadiste " ou " populiste " explique à des centaines d'artisans à chaque réunion qu'ils sont en train de subir la plus belle escroquerie du siècle. Eux qui s'étaient installés en indépendants justement pour être indépendants s'aperçoivent que leur bénéfice, le fruit de leur travail, est mis en coupe réglée et stérée au nom d'une protection sociale qu'ils n'ont jamais demandée. Ils cotisent certes pour l'assurance-maladie, mais l'assurance-retraite par répartition qu'on leur demande est un vol manifeste. Non seulement l'assurance coûte beaucoup plus cher qu'un placement personnel, mais de surcroît le montant des retraites versées est une insulte à leur vie de labeur.

Séduit par la liberté proposée, notre boulanger cesse de cotiser en 1992. Hélas quand il vend son fond de commerce en 1994, il s'aperçoit que la caisse de retraite des artisans a mis une hypothèque sur le montant de la vente. Elle récupère donc tout l'arriéré des cotisations dues.

Cette même année 1994, il rachète une boulangerie à La Roche-sur-Yon. Et décide comme auparavant d'oublier cette caisse de retraite qui avait oublié de le prévenir de son existence. Et en octobre 1999, quand il vend ce nouveau fond de commerce, la même caisse lui refait le coup de l'hypothèque et lui confisque toutes les cotisations des cinq dernières années. 

L'histoire reprend en 2014 quand il fait sa demande de pension de retraite au RSI. Il s'aperçoit alors que les trimestres qui lui ont été extorqués par la caisse de retraite n'ont pas été validés. Pour être plus clair, on lui a pris les cotisations de force, mais on a décidé qu'il ne méritait pas les prestations. Résultat : si l'homme veut une pension de retraite à taux plein, il doit travailler jusqu'à 66 ans.

Dans le Droit français, quand on prend quelque chose à quelqu'un sans son autorisation, ça s'appelle du vol. A cet homme on a volé quatre ans de cotisation, sans explication et sans justification. Voilà ce que le RSI est capable de faire dans la république française, le pays des droits de l'homme...

C'est pourquoi l’ADC (Association de Défense du Citoyen) a pris le dossier en mains afin de défendre les gens innocents comme ce boulanger contre une association de malfaiteurs appelée RSI.

Lu 5173 fois Dernière modification le samedi, 12 décembre 2015 19:14

Retrouvez nous sur Facebook

Suivez nous sur Twitter

Témoignages

Par cette lettre de témoignage, je me permets de remercier vivement Mr Jean-Luc LENGLEN, président de l’APMP pour les conseils, le soutien moral ainsi que l’aide précieuse qu’il m’a apportés, ceci depuis maintenant de longues années dans les démarches administratives, médicales et ma représentation devant les divers tribunaux de France ( TCI, TASS, CNITAAT, TGI, Cour d’appel)...

Bruno .Rideau
je me permets de remercier vivement Mr Jean-Luc LENGLEN, président de l’APMP pour ...., Toulouse
Jan 04, 2015

Réalisation, maintenance et hébergement

Agence Agerix : l'informatique en toute sérénité